Fatwas > Fatwas de Dhoul Hidja > Pourrait-on mandater autrui pour le jet des Djamarâtes et voyager avant le temps prévu pour ce rite?

La Fatwa numéro ( 1354 )
Un fonctionnaire musulman a dû, vu les exigences de son travail, quitter Mîna après la station à `Arafa et le jet de la Djamarat Al `Aqaba (la plus grande des trois stèles à lapider, symbolisant la lapidation d'Iblîs), et après l'aube du jour du sacrifice, en mandatant une autre personne pour jeter le reste des Djamarâts et faire le sacrifice en son nom. Il quitta ensuite Mîna à destination de La Mecque . Ensuite, il accomplit le Tawâf (Circumambulation) autour de la Ka`ba, et après la prière du vendredi, il accomplit le Sa`y (parcours entre Safâ et Marwa), puis il retourna à son travail qui
( Numéro de la partie: 11, Numéro de la page: 291)
se situe à une distance de 1270 Km de La Mecque , et ce afin de parvenir à reprendre le travail l'après-midi du samedi, le deuxième jour de la fête de l'année précédente; se pliant ainsi aux consignes de son patron qui l'avait déjà mis en garde contre les répercussions de son retard. Etonnés de son retour si tôt, les habitants du village où il travaille insistèrent à prétendre qu'il n'avait pas pleinement rempli les conditions requises pour accomplir le Hadj (pèlerinage) et que les rites fondamentaux dont dépend la validité de celui-ci n'étaient pas ainsi parachevés. Au vu de cela, ce fonctionnaire voudrait vous poser la question sur la véracité des allégations de ces gens qui lui reprochent son retour hâtif tout en négligeant l'urgence de ce dernier par obéissance à son patron, lequel lui avait préalablement affirmé, avant de partir pour le Hadj, que procéder de cette manière suffisait pour rendre son Hadj valide et méritoire de la récompense d'Allah, Exalté soit-Il.
R: Si ce que vous avez raconté correspond exactement à ce qui s'est passé, le mandat que vous avez donné à cet homme de jeter les Djamarâts en votre nom est alors invalide, et ce étant donné que la condition émise par votre patron de reprendre le travail le samedi, le deuxième jour du Eid à l'après midi, et sa mise en garde contre les répercussions qui découleraient de tout retard éventuel, tout ceci ne tient pas pour une excuse valable et suffisante qui puisse vous autoriser à voyager et à mandater, par suite, une autre personne pour parachever les rites de votre Hadj. Ainsi, vous avez donc délaissé le jet des Djamarâts des onzième et douzième jours de Dhoul Hidja et vous avez manqué à passer la nuit de la veille de chacun de ces deux jours à Mîna, outre bien entendu le Tawâf d'Al-Wadâ` (d'adieu) que vous avez également raté. Le cas échéant, il vous incombe de faire un sacrifice pour expier chacune de ces trois erreurs, à condition que votre sacrifice puisse tenir pour un sacrifice rituel, que l’immolation des bêtes à sacrifier ait lieu à La Mecque, et que la viande de celles-ci y soit distribuée aux gens nécessiteux. Si vous n’avez pas les moyens de le faire, vous devrez, en l’occurrence, jeûner dix jours pour chaque sacrifice, tout en tâchant de ne jamais répéter cette erreur à l’avenir.
Qu’Allah vous accorde la réussite; que l'éloge et le salut d'Allah soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et sur ses Compagnons.

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ')

MembreMembreVice-président du ComitéPrésident
`Abd-Allah ibn Manî’ `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

Source: Les fatwas du Comité Permanent



  Précédent     Suivant